Et en dehors de la S.F, y a-t-il d'autres composantes de la littérature de l'Imaginaire qui vous attirent?

J'aime bien l'horreur aussi, par tempérament j'apprécie le gore et l'angoisse. Je traduis pas mal de fantasy ; j'apprécie les univers qu'elle dévoile, mais qui sont un peu répétitifs à mon goût : le genre est très codé, ce qui a du reste permis à plusieurs parodies de fleurir. Je pense bien sûr à Terry Pratchett, qui se joue formidablement de ces codes ! La science-fiction, je ne m'en lasse pas : elle offre selon moi une richesse sémiotique bien à elle. En effet, d'une part elle raconte une histoire insolite, fait vivre des personnages dans des univers plus ou moins hors de notre expérience et nous dépayse, d'autre part, de manière souterraine, elle parle du monde où nous vivons puisque souvent elle fait ressortir jusqu'à la caricature un aspect particulier de ce monde et va au bout de sa logique. Il y a donc plusieurs niveaux de lecture, mais (dans la SF que j'aime) pas de manière didactique, sentencieuse : on a à la fois le plaisir universel de découvrir une histoire et celui, en y repensant, de la réflexion et de la découverte intellectuelle. Quand j'écris une nouvelle, c'est ce qui me plaît : raconter une histoire et découvrir après l'avoir écrite que, finalement, j'ai parlé aussi d'autre chose. J'aime bien voir que je me suis flouée moi-même !

En effet, à vous lire on perçoit dans votre ton ce plaisir que vous avez à écrire, car il y a souvent beaucoup d'humour dans vos histoires…

En fait, l'écriture en soi ne m'apporte pas un plaisir immédiat. De ce point de vue, je trouve la traduction nettement plus jouissive. Quand il s'agit d'une idée simple, qui donne lieu à une histoire brève, oui, c'est agréable d'écrire parce que c'est plutôt facile. Mais quand je veux transcrire une idée qui me semble plus prometteuse, plus riche, qui fait appel à des notions un peu compliquées à exprimer, là j'ai peur. C'est franchement plus ardu, et, si j'aime bien mes idées, je crains souvent de les gâcher au moment de leur donner corps. Je m'inquiète aussi, au moment de l'écriture, de ne pas bâtir quelque chose de cohérent, et aussi de ne pas trouver le bon rythme, de précipiter les choses à la fin par exemple. Le plaisir, je le trouve surtout après, donc, quand je reviens sur l'histoire. À l'occasion de la mise en forme de ce recueil, j'ai été contente de me dire que ces textes, finalement, avaient l'air de tenir la route… Quant à l'humour, ce n'est pas quelque chose que je recherche forcément au moment de l'écriture. Je me dis peu que je vais écrire telle ou telle chose parce qu'elle est drôle : je suis de mon mieux l'histoire que je me suis racontée, et si elle est au final marrante c'est sans doute qu'elle reflète le sentiment que j'ai de l'absurdité du monde. Par exemple, l'onomastique de Harmonie des choses n'a pas été délibérément choisie pour son dérisoire ; ces noms débiles étaient dans la logique, je n'en voyais pas d'autres.

Retour

PAYSAGES D'APRES

Lire des extraits
En savoir plus sur Sonia Quémener
Une nouvelle inédite de Sonia Quémener
Sonia Quémener traductrice et poète

La presse en parle

ACHETER

Dites-nous ce qui vous a amenée à l'écriture ?

En dehors de la S.F., y- a-t-il d'autres composantes de la littérature de l'imaginaire qui vous attirent?

Vous dites que le monde est absurde, mais vos nouvelles reflètent une solide culture scientifique. N'y a t-il pas une contradiction ?

D'où vous viennent vos idées ?

Pourquoi écrire des nouveles plutôt que des romans ?

Vous dites que la S.F. est un genre ardu. Il reste marginal dans la littérature, peu reconnu...

Avez-vous quelque chose sur le feu ?