Je vais éviter de disserter sur Hugo, sur son rapport à la musique - qui ne se limite pas à la fameuse " Défense de déposer de la musique le long de mes vers " (que certains attribuent d'ailleurs à Leconte de Lisle). Si ma mémoire est bonne, cet hymne à la musique " concrète " (avant la lettre) est, comme le dit le titre et comme le soulignent les deux derniers vers du poème, " Écrit sur la plinthe d'un bas-relief antique ". C'est dire si Hugo joue ici des contrastes entre les arts : la petite musique ordinaire des êtres, qui se déroule au fil du temps, et l'immobilité minérale qui ne produit l'idée de mouvement qu'en le figeant. Ceci dit, il est vrai que tout est musique, ou plus exactement qu'on peut retrouver l'émotion, la sensation musicale dans ce qui nous entoure. Si nous étions des dieux, il nous suffirait de prendre un peu de recul pour voir à quel point les sons de tous les jours : la radio (insupportable !) du voisin, la respiration du malade, cette moto qui pétarade au coin de l'avenue, le gémissement des amants - tous ces bruits bien ordinaires composent une étonnante symphonie. Un peu comme ce qu'on entend juste avant que ne débute un concert, lorsque l'orchestre s'accorde. Le hautbois donne le la, les autres instruments le reprennent dans leur tessiture particulière, à un ou deux octaves en dessous ou au-dessus. Les violonistes, altistes, violoncellistes et contrebassistes ajustent chacune de leurs cordes. Puis tout ce joli monde part en traits mélodiques, en arpèges, apparemment dans le plus complet désordre. Et bientôt, ce chaos sonore se découvre une étrange unité. Quand je vivais au Caire, tous les matins, à l'aube, c'était la même impression. Chaque muezzin y allait de sa petite partition. Et bientôt se formait ce que les musiciens appellent un " cluster ", un agrégat de sons d'autant plus émouvant qu'à cet instant précis le disque solaire faisait son apparition au-dessus de la ville. Il n'y avait pas besoin d'être dieu, alors, le divin venait à vous. " Un hymne sort du monde " : c'était exactement cela. Et à mes yeux, à mes oreilles, ces muezzins ne chantaient pas dieu, mais le monde, la nature, le soleil, et ces millions d'habitants qui commençaient à se réveiller et à vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Pour moi qui suis agnostique, ces images sonores et visuelles véhiculent un enseignement très fort. Que sommes-nous à l'échelle de l'univers, pauvres particules animées d'un mouvement brownien ? Quel peut être le sens de notre vie ? Nous participons, chacun à notre mesure, au chaos symphonique de notre monde. Armées de leurs certitudes, les religions entendent réglementer ce chaos, le diviser, séparer la nuit du jour. Ce faisant, elles détruisent la belle musique de l'univers. Au fait, comment se dit " chaos " dans la Genèse ? Tahom. Or ce mot est dérivé du nom de la déesse mère babylonienne, Tiamat. Vous voyez, le chaos que j'aime est féminin. Comme quoi décidément tout se tient !

Retour

LES TAMBOURS DU VENT

 

Lire des extraits
En savoir plus sur Eric Lysoe

La presse en parle

ACHETER

L'examen rapide de votre biographie (http://fr.wikipedia.org/wiki/Éric_Lysoe) et la découverte, pour le profane, d'extraits de certaines de vos créations musicales mises en ligne donnent à eux seuls le vertige, évoquant une vie plus que bien remplie de globe-trotter, compositeur, écrivain et anthologiste, professeur … Éric LYSØE, diriez-vous volontiers que vous menez de front plusieurs vies, ce qui vous conduit à vous démultiplier dans l'exploration d'univers parallèles ?

Vous êtes donc, depuis votre plus jeune âge, tiraillé entre deux mondes, deux passions, celle de la création littéraire, et celle de la création musicale… Ceci étant, êtes-vous également soumis, dans votre démarche créative, à l'exigence exprimée par l'un de vos personnages-clé, la belle Irina, professeur de piano initiant son jeune élève non seulement à son art mais aussi à l'amour ? "Tu ne peux t'imposer comme virtuose (…) qu'en vivant perpétuellement sur le fil de cette lame terrible qu'est le désir."

À la lecture de ce recueil, on sent de votre part une proximité évidente avec plusieurs personnages masculins (Athanasius Pearl, Florestan, Florimond…) Peut-on aller jusqu'à affirmer que ces nouvelles comportent des éléments autobiographiques liés à des expériences fortes, des moments-clés de votre existence, des femmes de votre vie ? D'où la grande originalité de l'ensemble des textes composant ce recueil, liée à l'expression d'un imaginaire fort, intime, à la limite du fantasmatique ?

La musique, fil conducteur de tous ces récits, ne saurait être dissociée de la femme, objet de culte, de vénération, et source d'inspiration (la mère, les initiatrices, les amantes), d'où la connotation très érotique des textes ; cependant, cette musique est souvent ici source de souffrance et de sacrifice sanglant, une dévoreuse malgré tout éloignée de celle des mythologies antiques (La Violoncelliste, Clair-obscur, La fille en jean). La création et la mort sont ainsi souvent associées dans vos textes : est-ce volontaire ?

Parlez-nous de la genèse des "Tambours du vent, et autres passions musicales " dont vous nous avez fait remarquer, à juste titre, que le recueil comportait sept nouvelles, tout comme une gamme comporte sept notes…Et sachant qu'à chaque note correspond une couleur, quel texte incarnerait le mieux, selon vous, la couleur rouge, couleur de la passion, mais aussi du sang, et donc de la mort ?

En dehors de ces thèmes - la femme et la musique, la création -, quels sont vos autres thèmes de prédilection ?

Deux de vos nouvelles (Une ancienne ballade irlandaise ; À deux secondes près) comportent des développements relatifs à certains personnages ou à des péripéties de l'intrigue qui auraient pu donner matière à la rédaction d'un roman plutôt qu'à une nouvelle. Pourquoi ce choix ?

Quels sont vos projets, tant dans le domaine littéraire que dans le domaine musical ?

Éric LYSØE, que vous inspire ce vers de Victor HUGO dans Les Contemplations : " La musique est en tout. Un hymne sort du monde " ?