LA FILLE EN JEAN

Une fois revenu à la raison, j'ai retrouvé l'étudiant comme enchâssé entre les cuisses d'Irène. Lui aussi s'était enfoncé dans les profondeurs de la couette. Il devait évidemment goûter à ce sexe merveilleux dont, moi, j'étais privé. Et je voyais ma maîtresse - car c'était malgré tout ma maîtresse - se laisser doucement bercer par la jouissance qui, peu à peu, montait en elle. Les ondes du plaisir la parcouraient. Malgré les obstacles qui s'interposaient entre la scène et moi, je perçais à jour son corps et ses mouvements avec une acuité dont, même à présent, je ne m'explique pas la finesse. Car je devinais - non : je remarquais que toutes les fibres de son dos s'agitaient comme sous l'effet de vagues venues déferler inlassablement - un simple clapotis tout d'abord, et bientôt une houle formidable.

C'est au moment où ce mouvement a atteint son paroxysme que la musique a commencé à se faire entendre - je veux parler de cette improbable symphonie qu'Irène fait résonner dans l'amour. Je découvrais enfin l'origine du phénomène. Les sons étaient bien émis par tout le corps, tendu comme la chanterelle d'un violon et agité par d'invisibles tressauts d'archet. Mais il y avait en outre un organe, une pièce secrète qui vibrait de façon particulière, et c'était elle qui communiquait ses moindres frissons à chaque muscle, à chaque nerf. Une fois leur instrument achevé, les luthiers placent à l'intérieur de la caisse ce petit cylindre d'épicéa que l'on nomme l'âme. C'était cela que l'étudiant devait contempler avec tant d'émerveillement, cela peut-être qu'il caressait, qu'il couvrait de baiser. Car à mesure que les sons déferlaient, m'emportant dans leur tourbillon impalpable, je voyais le dos d'Irène et son galbe exquis se déformer, se tordre d'étrange façon comme autour d'un centre invisible. Une vrille, une série de cercles concentriques, ou encore une ligne sinueuse se formaient et peu à peu s'animaient. Autant de courbes qui venaient onduler au-dessus du lit, toujours en fonction d'un point unique de référence. Et ce noyau secret se situait très exactement entre les cuisses d'Irène, ces longs fuseaux d'ambre - du moins est-ce ainsi que je les imaginais - profondément enfoui dans l'écume mousseuse de la couette… Chacune des incroyables distorsions qui s'accomplissaient de la sorte évoluaient au rythme des harmonies sans nom qui résonnaient dans toute la pièce. Et c'était toujours à partir de ce cœur second, de ce lieu d'émotion extrême, que les sons se diffusaient. Je n'arrivais plus à saisir quelle était la part de souffrance et de félicité qui parvenait à s'exprimer dans les frémissements que je voyais se multiplier sous mes yeux. Mais un fait au moins était incontestable : tout, dans les altérations du corps d'Irène comme dans les résonances qui en montaient, indiquait clairement que cette agitation irrépressible provenait de son âme…

 

Retour

LES TAMBOURS DU VENT

 

Lire des extraits

En savoir plus sur

Éric Lysoe

La presse en parle

 

ACHETER

   
   

Les Tambours du vent

Une ancienne ballade irlandaise

La violoncelliste

Leister's Blues

Clair obscur

La fille en jean

À deux secondes près