IN MEMORIAM

C'est au hasard d'une de ses cavales qu'elle l'avait vue. La statue. Monumentale, si haute que son front de plomb touchait les toitures des entrepôts abandonnés, dans cette zone désertée de Blowingale promise à la démolition. Ti'Doll ne traînait jamais dans ce secteur de la ville, où des spectres de maisons attestaient qu'une vie y avait poussé, même s'il était difficile d'imaginer des enfants courant dans les ruelles, du linge séchant aux fenêtres, des colporteurs gouailleurs taraudant l'air de leurs appels fiévreux. Les charpentes noircies, les fers tordus, le goût cendreux de ce territoire désolé rappelaient l'incendie qui avait tout avalé, voilà dix ans à peine. Seuls les entrepôts avaient été épargnés, mais n'avaient jamais rouvert. Ils servaient maintenant de lieu de rendez-vous à des trafics louches que personne ne parvenait à stopper.

Ti'Doll était arrivée jusque-là sans but précis, mais avec l'intuition que ce quartier hostile lui réservait peut-être une bonne surprise. C'est à ce moment précis que la statue avait semblé jaillir de cet étrange théâtre de poutrelles et de tôles.

- Et voilà ! avait murmuré l'adolescente. J'en étais sûre !

Elle l'avait d'abord observée de loin. Sans chercher à l'approcher. Des heures, assise à califourchon sur un tonneau oublié, dans un silence total que seuls les feulements des chats sauvages interrompaient. Jusqu'au moment où le demi-jour vacillant avait cédé la place à la nuit sans étoiles. Elle était rentrée à l'orphelinat en courant pour ne pas se laisser happer par le brouillard. Double W avait tout de suite remarqué son air distrait, mais n'avait rien obtenu que des bafouillages incompréhensibles qui l'avaient excédé. Elle s'était endormie en gardant serré sous ses paupières brûlées de fatigue le sourire énigmatique de la statue. Tôt le lendemain matin, elle était revenue, aimantée par le souvenir fascinant de la silhouette gigantesque dressant hardiment ses bras en offrande vers le ciel, les seins gonflés sous le drapé métallique. Elle s'était arrêtée à l'entrée du parc désaffecté, stupéfaite. La statue n'était pas seule. Elle appartenait à un groupe de trois femmes aux proportions herculéennes. La plus éloignée, légèrement décalée, regardait au loin vers l'orient, en direction de Big Bao, ses cheveux balayés par un vent imaginaire. La seconde, plus menue, légèrement voûtée, laissait flotter sur son visage une ineffable impression de désenchantement. Ti'Doll se demandait comment elle avait pu ne pas les remarquer. Elle se tourna alors vers la troisième. Sa statue. Les battements de son cœur s'accélérèrent. Aussi fort que la nuit où ils avaient tous fui Trinity pour échapper au courroux de Big Bao. Elle ferma les yeux, respira lentement, cherchant à retrouver son calme, incapable de comprendre pourquoi cette idole cendreuse lui procurait une telle émotion. Elle s'approcha lentement du trio, remarqua une plaque de bronze tachée de boue et de lapilli : Les Parques - Clotho , Lachésis, Atropos - Éruption de Big Bao 1852 - In memoriam.

laly

Retour

SI EINSTEIN ÉTAIT UNE FILLE

 

Lire des extraits
En savoir plus sur Hélène Laly

La presse en parle

 

ACHETER

 

La physique des particules

Coup de vent

La Bicyclette de Poppy

Le baiser de l'épousée

Si Einstein était une fille

Ah vous dirais-je maman

In memoriam

L'étrange locataire de la rue Manin