SI EINSTEIN ÉTAIT UNE FILLE

Clark se dirigea vers le tableau, prit une craie, et croqua en quelques traits le profil de Daisy. Il avait un joli coup de crayon. C'était impossible de ne pas la reconnaître, et un murmure joyeux secoua la classe. Daisy ne broncha pas mais, comme à son arrivée, le jour prit une teinte morne et les lumières baissèrent d'intensité. Dans l'excitation que provoquait cette heure de liberté inespérée, personne ne paraissait remarquer ce changement d'atmosphère. Pourtant l'air s'était brusquement chargé d'électricité, et je me mis à frissonner sans parvenir à maîtriser le tremblement de mes mains. Par la fenêtre, je vis très nettement les nuages filer en bandes noires désordonnées, et les corbeaux déployer leurs larges ailes en croassant des plaintes lugubres. À côté de moi, Daisy crayonnait des symboles indistincts sur la couverture de son cahier de cours. Ted avait rejoint Clark sur l'estrade et s'était saisi d'une craie à son tour. D'un geste exagéré, il traça une bulle sortant de la bouche de Daisy dans laquelle il écrivit : Si Einstein était une fille, il aurait cette gueule d'ahurie. J'entendis quelques protestations s'élever vers les premiers rangs. C'était grossier et stupide. J'aurais voulu l'exprimer à Daisy. Mais elle s'était levée subitement, avait rangé ses affaires, pris son manteau, et s'était dirigée vers les deux corniauds qui se tordaient de rire.

- Laissez-moi tranquille. Que vous ai-je fait ?

Sans attendre leur réponse, elle disparut, ou plutôt elle s'évapora plus vite qu'une illusion, tandis qu'un formidable courant d'air secouait la pièce, forçait l'ouverture des fenêtres, détachant les affiches des murs, emportant les copies entassées sur le bureau. Les dernières paroles de Daisy résonnaient tristement dans la pièce redevenue silencieuse. Leur écho semblait ne pas vouloir s'éteindre. Clark crut bon de la singer pour se donner une contenance, Oh la la ! Que vous ai-je fait ? mais il s'arrêta, bouche-bée, comme s'il prenait enfin conscience de sa stupidité. Il semblait frappé au cœur, à croire qu'une poigne invisible l'avait attrapé au collet. Il se tourna vers le tableau, prit l'éponge et effaça d'un geste nerveux les traces de sa caricature. Au même moment, un coup de tonnerre prodigieux secoua les vitres du bâtiment, suivi d'une averse de grêle qui dura un bref instant mais ravagea les plates-bandes devant le porche principal.

Retour

SI EINSTEIN ÉTAIT UNE FILLE

 

Lire des extraits
En savoir plus sur Hélène Laly

La presse en parle

 

ACHETER

 

La physique des particules

Coup de vent

La Bicyclette de Poppy

Le baiser de l'épousée

Si Einstein était une fille

Ah vous dirais-je maman

In memoriam

L'étrange locataire de la rue Manin