LE BAISER DE L'ÉPOUSÉE

Le ciel était en loques quand il arriva à Coconuts-Village. Il se dit qu'il aurait dû attendre une journée ensoleillée, ou du moins une atmosphère plus propice aux retrouvailles. Une pensée en chassant une autre, il perdait pied. Évidemment que c'était une sottise d'arriver comme ça ! … Il le faisait exprès de choisir le samedi le plus pourri de la saison ? … Sûr qu'un peu de soleil n'aurait pas nui …Après quatorze semaines de séparation … Et Holly-Bird qui détestait la pluie ! ... Il gara sa voiture à deux rues de chez lui pour ne pas être reconnu des voisins, remonta le col de son imperméable pour se protéger de la bruine, et finit les derniers mètres en courant. La maison avait un air d'abandon insolite. Le jardin n'avait pas été entretenu depuis son départ et les poubelles traînaient sur le trottoir. Quand je pense aux scènes qu'elle me faisait quand je les oubliais ! Les volets étaient presque tous fermés. Par la fenêtre de la cuisine dont le voilage était à moitié relevé, il regarda à l'intérieur. Il régnait un ordre clinique très différent de l'atmosphère embrouillée qu'il avait quittée. Il s'apprêtait à toquer au carreau, quand un mouvement imperceptible, une fulgurance, une brisure légère comme une zébrure dans un ciel d'orage, stoppa son geste. Une forme chancelante sauta sur la table. Shaft était incapable de discerner de quoi il s'agissait. Ça gesticulait, se tordait comme un ver dans un fruit, ça n'avait ni commencement ni fin. Il crut d'abord à une illusion, un effet de la pluie glissant sur les vitres. Puis il tenta de se raisonner. Normal qu'il soit perturbé ! Qui ne le serait pas à rôder devant sa propre maison comme un voleur ? N'importe qui à sa place aurait les nerfs à vif. Il faudrait peut-être que je vois un médecin, s'alarma-t-il. Il allait s'éloigner de la fenêtre quand soudain … non… c'était impossible à admettre ! … La chose cessa de gigoter, darda sur lui des yeux qui ressemblaient à deux verrues adipeuses roulant sur elles-mêmes à trois cent soixante degrés, et cracha une glu rosâtre qui s'avachit sur la vitre. Sans chercher à comprendre, il détala en sens inverse avec l'impression épouvantable d'être en danger de mort. Il démarra dans un crissement de pneus et disparut sans regarder en arrière.

 

 

Retour

SI EINSTEIN ÉTAIT UNE FILLE

 

Lire des extraits
En savoir plus sur Hélène Laly

La presse en parle

 

ACHETER

 

La physique des particules

Coup de vent

La Bicyclette de Poppy

Le baiser de l'épousée

Si Einstein était une fille

Ah vous dirais-je maman

In memoriam

L'étrange locataire de la rue Manin