LA PHYSIQUE DES PARTICULES

 

Dix mois ! Déjà dix mois qu'elle est là ! s'était-il dit, ravi. Pour la circonstance, il lui avait fabriqué un tube en résine transparente et légère comme un voile dans lequel il avait glissé des fragments de verres colorés. La petite, fascinée par les jeux de lumière, était restée des heures entières les yeux collés au kaléidoscope. Il en avait profité pour passer plus d'une heure au téléphone avec un collègue de laboratoire. Une heure de conversation passionnée entre chercheurs spécialistes des interactions entre noyaux et cosmos. Il avait raccroché, la tête bouillonnante des théories novatrices qu'ils avaient échangées. Son enthousiasme avait été balayé par la voix aigrelette de Candy-James qui chantonnait en tripotant ses pieds : la physique des particules et la cosmologie ont permis une progression remarquable dans la connaissance des interactions fondamentales de la nature et des premiers instants de l'univers. Il avait reculé d'un pas.

- Ma fille est-elle un monstre ?

- Je ne suis pas un monstre. J'ai dix mois et je suis une magnifique petite fille.

Quand elle eut quatre ans, ils se décidèrent à l'inscrire au jardin d'enfants. Ils étaient incapables de retenir une baby-sitter plus de huit jours. Même la plus conciliante. La petite faisait peur.

- Il faut la sociabiliser, décréta le père.

- Je voudrais reprendre un travail, opina la mère.

Candy-James s'était allongée. Sa tête paraissait moins disproportionnée. Ses cheveux tressés en nattes épaisses lui faisaient une couronne. Elle aurait gagné en innocence si des mèches frondeuses ne s'agitaient pas au-dessus de son crâne comme des chauves-souris apeurées. Elle accueillit la décision de ses parents avec une exultation communicative.

- Ça promet d'être une expérience intéressante.

- Une expérience intéressante ! soupira Hélix. Essaie de laisser tes grands mots au porte-manteau quand tu arriveras là-bas.

À la fin de la première semaine, la directrice convoqua le couple.

- Il m'est impossible de garder Candy-James. Notez que je le regrette. Mais sa présence est néfaste au bon fonctionnement de l'établissement.

 

laly

Retour

SI EINSTEIN ÉTAIT UNE FILLE

 

Lire des extraits
En savoir plus sur Hélène Laly

La presse en parle

 

ACHETER

 

La physique des particules

Coup de vent

La Bicyclette de Poppy

Le baiser de l'épousée

Si Einstein était une fille

Ah vous dirais-je maman

In memoriam

L'étrange locataire de la rue Manin