Les littératures de l’imaginaire ? C’est l’enfance qui pointe son nez dans la tête d’un écrivain et bouleverse sa perception de la réalité. Pour un enfant, qui suit sa propre logique, l’impossible peut arriver : rencontrer une souris qui parle, traverser un mur, se retrouver propulsé dans un monde parallèle, sur Mars ou au Moyen-Age, croiser une sorcière, discuter à bâtons rompus avec son propre petit-fils, Tintin et Cléopâtre. Les sentiments de l’enfance, qui passent souvent assez vite de la confiance, ou l’insouciance, à la frayeur, et de la légèreté au sérieux, parfois à la cruauté, n’excluent jamais ni la gravité ni la réflexion. Pensez au Petit Prince de Saint-Exupéry. Pour moi, c’est là, dans cette imagination débridée, chargée d’émotions et de questions, que les littératures de l’imaginaire puisent toutes leurs richesses.

Lorsque j’étais petite, ma mère me lisait Les contes d’Henri Pourrat, truffés de brigands, sorcières et diableries, et Les contes du chat perché de Marcel Aymé. La magie, le merveilleux, ont bercé mon sommeil d’enfant. Je m’attends à tout moment à ce que les animaux me répondent ! Plus grande, j’ai adoré Alice au Pays des Merveilles et peut-être encore davantage De l’autre côté du miroir. Lewis Carroll a définitivement changé mon rapport aux cartes à jouer. Je les manie avec précaution. J’ai ensuite voyagé avec Bilbo le hobbit, mon personnage préféré de Tolkien, et frissonné en découvrant trois nouvelles qui m’impressionnent toujours, La Vénus d’Ille de Prosper Mérimé, Le portrait ovale d’Edgar Allan Poe, La chevelure de Maupassant, ainsi que l’étrange (La) peau de chagrin de Balzac. L’univers surnaturel des fresques sud-américaines, en particulier Cent ans de solitude de García Márquez ou La maison aux esprits d’Isabel Allende, m’enchante. Le dernier ouvrage, loufoque à souhait, que je citerai pour terminer mon petit tour d’horizon, est plus récent : Le jardinier d’Otchakov d’Andreï Kourkov. Et chez cet auteur ukrainien, tout comme pour les écrivains sud-américains, dans la fantaisie, se faufile une très réelle critique sociale…

Les littératures de l’imaginaire ? Une littérature qui fait un bien fou !




collection imaginaire

Retour

GABRIELLE DUBASQUI

pour son roman

AN MIL, ANNÉE DU DRAGON

 

4couv
Lire des extraits beny extraits
En savoir plus sur Gabrielle DuBasqui
beny extraits
Autres ouvrages
beny extraits
La presse en parle



beny extraits
ACHETER
 
beny extraits