retour

... Et y a-t-il une vie après La Cour de l’Imaginaire ? Il semble bien, puisque certains d’entre eux, se sont remis au clavier.

 

C’est le cas de Sonia QUEMENER, qui a publié un roman et un recueil de nouvelles chez Mu Éditions, ainsi que quelques nouvelles dans des anthologies chez Nutty Sheep et dans Fiction.

 

Hélène CRUCIANI, parait deux ans plus tard chez notre éditeur RROYZZ avec un recueil de nouvelles  « Traitrises sidérales », plus quelques nouvelles publiées dans des anthologies.

 

Toujours chez RROYZZ, Bertrand BENY, après son prix 2017, récidive avec un roman « J’ai dix ans, ma vie sera extraordinaire », suivi de "L'immortalité est un renoncement" et "Quand les loups hurleront à Bononia"

et 

Et Hélène LALY ? la voici à présent chez Ipaginations avec « Le baiser de la cigogne »


Quant à Éric LYSOE, auteur déjà prolifique dans les domaines de l’Imaginaire, nous l’avons retrouvé à deux reprises dans la revue Galaxies et, récemment encore au Verger des Hespérides avec «  Les Chloryphèles de l’empereur »,un roman jeunesse.

Notre lauréate 2018, Gabrielle DUBASQUI n'est pas en reste, avec un recueil de nouvelles "La guerre est finie"aux Éditions du Bordulot et, chez RROYZZ, la suite des aventures du clan Mac Léod : "Les insoumises"

Claire GARAND, prix de La Cour de l'Imaginaire 2019, a publié toujours chez RROYZZ "G.ON.N.I", un recueil de nouvelles

       Mais saviez-vous que ces deux dernières maltraitent leurs personnages ? Et elles s'en vantent, avec deux autres complices des éditions RROYZZ, comme les accuse cette vidéo